Programmes

cropped-BiblioBNiane11.jpg

Thème de recherche B. Niane

 

« Formation et circulation d’élites, de savoirs, de postures »

 

  1. Thématiques déjà étudiées

Depuis plusieurs années nos recherches ont porté sur les élites sénégalaises, leur formation, leur mobilité socioprofessionnelle (tant au niveau national qu’international) et leurs investissements sociopolitiques et administratifs. C’est ainsi que plusieurs sous-thèmes  ont été déjà étudiés.

Avec le premier sous-thème, il s’est agi d’une analyse du processus de la formation des différentes générations d’élites socio administratives et politiques ainsi que de leur place dans la transformation du rôle de l’Etat-nation, en mettant un accent particulier sur les rapports entre lesdites élites et le transnational. Cette première thématique a permis de repérer des invariants, c’est-à-dire la perpétuation de postures qui feraient que les dominants de l’espace politico-administratif sénégalais demeurent une élite par procuration[1]. Autrement dit, il a été mis en exergue le degré de ‘stagmutation’ de fractions de l’élite, en repérant notamment les éléments essentiels qui ne leur ont pas permis, ainsi qu’à d’autres catégories de la population à fort capital scolaire et universitaire, de faire du national le lieu de pertinence stratégique de leurs investissements et anticipations. A l’ère de la globalisation, une telle posture des segments politico-administratifs concernés équivaudrait à un cosmopolitisme réducteur, récusant, pour une large part, toute posture identitaire nationale.  Sous ce rapport, la réflexion était une sorte d’histoire sociale des cadres sénégalais formés non seulement à l’Ecole Normale William Ponty (pendant la colonisation), à l’Ecole Nationale d’Administration et à l’Ecole Normale Supérieure (après l’indépendance du Sénégal en 1960), mais aussi dans d’autres « centres d’excellence » nationaux et/ou étrangers.

Le deuxième sous-thème a trait à ce que l’on pourrait qualifier de processus de disqualification, du moins de renégociation de l’Etat avec et par de nouvelles élites émergentes. Dans ledit processus de ‘renégociation de l’Etat’, ou du moins de certaines de ses fonctions, des acteurs ‘hérétiques’ issus du secteur dit de l’informel, ou bien se prévalant d’assurer des missions de service public (établissements privés de formation supérieure – étudiants sénégalais formés à l’étranger – etc.) apparaissent assez déterminants. En effet, les valeurs ajoutées socioéconomiques et culturelles de ces segments qui préfigurent les ‘numéros un’ de demain, sont de plus en plus recherchées et réinvesties. Du coup, la relative efficacité de cette nouvelle dynamique sociale autorise plusieurs questionnements. Le premier de ces questionnements porterait sur ‘l’émergibilité’, entendue comme ensemble des facteurs et conditions de visibilité ainsi que de la probable durabilité d’un groupe ou d’un phénomène. Ensuite, et concomitamment, l’on peut s’interroger sur la redéfinition de l’espace public/privé et de la place qu’y occupent les différents acteurs engagés. Autrement dit, il s’est agi d’analyser la légitimité des pratiques et discours sur le public[2]. Qui a pouvoir de dire, d’agir public dans l’espace public tout en étant privé, ou a contrario qui est disqualifié pour le faire ?

 

  1. Centre d’intérêt actuel

Dans une perspective d’approfondissement de la recherche sur les élites sénégalaises, le centre d’intérêt actuel retenu porte sur les acteurs et les médiations dans la production de sens, notamment la place et le rôle de segments transnationaux dans l’élaboration des politiques éducatives et de formation au Sénégal. Pour ce faire, deux principales pistes de recherche sont privilégiées.

 

  • Entrepreneurs, courtiers de savoirs et fragilisation de l’Etat national

Dans une sorte de processus de la fragilisation de l’Etat national dans un monde de plus en plus globalisé à travers notamment la fabrication de nouveaux sens (finalités sociétale et individuelle), l’on peut repérer plusieurs acteurs, que l’on pourrait qualifier d’entrepreneurs ou courtiers de l’éducation dans la mesure où ils apparaissent comme des ‘relais’ de conceptions et postures, des facilitateurs d’une imposition. Parmi ces acteurs, l’on peut retenir en particulier les ONGs d’éducation et de formation, les Centres d’information et de facilitation pour des études à l’étranger, les Etablissements privés d’enseignement supérieur, les Experts d’institutions transnationales, les Cabinets de consultance, etc.

Cette première piste de recherche tente d’opérer une approche plurielle, une sorte de triangulation dans le décryptage des médiations de ‘production de sens’ (les cadres ou espaces  de production d’archétypes d’interprétation et de maximisation d’un monde en globalisation – comportements, postures ‘standard’ à promouvoir – stratégies porteuses – etc.). D’abord des médiations fondées sur une sorte de délégation de pouvoirs (octroyée et/ou acquise) comme cela semble être le cas des segments transnationaux que sont les ONG, les Experts, les Etablissements d’enseignement transfrontalier. Ensuite le cas où l’on assiste à une sorte d’exercice direct de fonctions régaliennes ou voie institutionnelle (cf. l’élaboration des programmes scolaires durant la colonisation et leur relative perpétuation bien après l’indépendance politique). Enfin, la ‘production de sens’ par diffusion homéopathique, revendication, contournement, transgression, et/ou articulation local/international (cf. mouvement rap – verlan – phénomène texto). Cette dynamique serait facilitée notamment par une relative permissivité, porosité du tissu socioculturel, économique, administratif.

A partir de l’exemple des ‘daaras’ (écoles coraniques) et des ONG, la réflexion envisagée cherche à comprendre pourquoi et comment ces écoles coraniques, milieux réputés peu enclins aux changements, fonctionnant très largement suivant une logique qui met l’accent sur i) la soumission, ii) la réputation, iii) la notabilité, etc., puissent cheminer, coopérer très étroitement avec des  ONGs, milieux plutôt ouverts, ‘subversifs’. Autrement dit, comment ces deux milieux que beaucoup opposent radicalement ont-ils pu trouver, pour le cas du Sénégal, des zones de convergence, voire de synergie d’action et constituer des illustrations d’une ‘révolution copernicienne’ où l’Etat perd peu ou prou sa centralité ? Dans quels domaines et postures et selon quelles médiations et processus les promoteurs de ‘daaras modernes’ ont-ils accepté plus ou moins facilement des changements, des ‘concessions’ ?

 

  • Engagement sociopolitique vs employabilité professionnelle des étudiants sénégalais formés à l’étranger

Dans le contexte de la globalisation, l’exemple de la mobilité transnationale des étudiants sénégalais peut être un repère et une illustration de la  domestication ou du bon usage de l’internationalisation : savoir circuler ses savoirs et pouvoir (se) circuler soi-même et ainsi faire preuve d’un sens du placement (anticipation) efficace. Cette seconde piste permet d’analyser i) d’une part, les étapes et figures marquantes d’une perte progressive dans l’initiative, la production de savoirs et de postures, ii) d’autre part, le dévoilement d’un processus de chosification d’acteurs qui se ‘désolidarisent’ peu ou prou de leur environnement sociétal local, avec in fine, une relative fragilisation de l’Etat national. En s’appuyant sur les différentes générations d’étudiants sénégalais (de la colonisation à la fin des années 60 – des années 70 aux années 2000), il peut être apprécié les stratégies d’appropriation, de retraduction et de réinvestissement des modèles et savoirs acquis par lesdits étudiants qui peuvent être considérés comme des ‘segments transnationaux’ aux sens où ceux-ci seraient des agents (organismes, individus, groupes d’individus, etc.) qui, par-delà les frontières nationales, partagent les mêmes valeurs, priorités, goûts, normes, etc. Du coup, ils peuvent jouer un rôle d’interface pour la transmission et l’imposition de postures et de rationalités homogénéisées.

Si la première génération d’anciens étudiants semble avoir largement participé à la construction et à l’animation de l’Administration publique (Etat national), ceux de la dernière génération se caractériseraient plutôt par leur distance par rapport à l’Administration publique. Sous ce rapport, l’exemple des anciens étudiants bénéficiaires de bourses (programme à partir de 1977) pour les Collèges Unis du Monde (actuellement douze dans le monde) est assez révélateur. Et l’on pourrait postuler que leur exemple surdéterminerait dans une certaine mesure l’engouement pour les Etablissements Privés d’Enseignement supérieur (EPES) dont le nombre ne cesse de croître au Sénégal.

Pour mieux comprendre le changement ou plutôt l’inflexion de paradigme dans l’usage des savoirs acquis à l’étranger (de la quête du savoir qui semble être déterminante dans la stratégie des étudiants de la première génération à la quête de l’employabilité[3] comme nouvelle valeur de référence chez les nouveaux candidats à une formation à l’extérieur), l’on peut tenter d’apprécier la place et le rôle des ‘Associations d’étudiants sénégalais à l’étranger’ (France en particulier), des syndicats et partis politiques, des associations identitaires et religieuses, des nouveaux réseaux sociaux (Facebook notamment), des Centres d’information et de facilitation pour la formation à l’étranger, etc.

Pour le cas spécifique des anciens étudiants sénégalais dans les pays de l’ex Bloc soviétique, la recherche a pour objectifs d’identifier et d’analyser les spécificités sénégalaises dans ce que l’on pourrait appeler ‘les Africains dans la Guerre des Blocs’. Entre autres grands axes de questionnement de la recherche, l’on peut retenir : i) le rôle et la place des agents de facilitation ou ‘passeurs’ (Partis politiques – Centres culturels – Gouvernements – Autres) ; ii) les modes et critères de sélection ainsi que les profils socioculturels des étudiants, filières et pays de formation ; iii) les parcours d’acheminement (pays relais pour les ‘politiques’ en particulier) ; iv) les réseaux de solidarité des anciens des pays de l’Est ; v) les mutations et permanences dans les trajectoires professionnelles et l’engagement sociopolitique.

 

[1]– Voir Niane (2011). Elites par procuration. Handicaps et ruses des élites politico-administratives sénégalaises, Paris, L’Harmattan

[2]– Cf. Niane, (2011). a) Le Rap au Sénégal : les paradoxes d’un spleen, Liens, Dakar, FASTEF/UCAD, 14, pp. 151-181 (http://fastef.ucad.sn/LIEN14/article_niane) ; b) Experts vs Chercheurs dans la fabrication et la circulation des savoirs et sens sociopolitiques au Sénégal, Cahiers d’Etudes Africaines, Li (2-3), 202-203, pp. 549-562 ; c) Les Etablissements privés d’enseignement supérieur (EPES) au Sénégal, entre mission de service public et entreprenariat éducatif, in Les mondes universitaires face au marché : circulation des savoirs et pratiques des acteurs (sous dir M. Leclerc-Olive, G. Scarfo-Ghellab, A-C. Wagner), Paris, Karthala

(2009). a) L’informel ou l’émergence d’un nouveau paradigme socioéconomique au Sénégal, in Gheorghiu M.D, Gruson P., Rocha D (eds), Parcours d’une sociologue, figures d’un engagement. De la sociologie des élites à la transmission des savoirs, Editura Universitàtii Alexandru Ioan Cusa, pp. 162-180 ; b) Entre public et privé : de quelques mutations dans l’espace de l’enseignement supérieur au Sénégal, in Ecritures plurielles – Revue semestrielle d’études universitaires, Dakar, FASTEF – UCAD, pp. 145-161

[3] – Capacité dont les personnes doivent être dotées pour que l’on fasse appel à elles sur des projets … C’est un capital personnel que chacun doit gérer et qui est constitué de la somme de ses compétences mobilisables.