Elaboration et mise en oeuvre de politiques et programmes d’éducation au Sénégal

Programme Pilote régional (PPR) 2012-2017

« Politiques publiques, sociétés, mondialisation en Afrique subsaharienne » (POLMAF)

 

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

 

Axe : Politiques d’éducation  

 

Thème Pays (Sénégal & Cap Vert) : « La construction des politiques d’éducation entre international, national et local »

 

Contribution de Boubacar Niane : Gestion du service publique de l’éducation au Sénégal : entre exigences transnationales et redéfinition de l’Etat national

 

En matière de formation, de nouvelles offres de « services publics d’éducation » sont initiées et mises en œuvre pour des couches ou catégories dites défavorisées. A partir de l’exemple des ‘Collèges du Monde Uni’ (UWC), des Etablissements privés d’enseignement supérieur (EPES), des formations dans les pays de l’Est[1] et des ‘Daaras modernes’, il s’agira d’apprécier dans quelle mesure ces offres éducatives émanent des instances officielles (Etat) ou seraient plutôt endossées par celles-ci. Autrement dit, l’on tentera de déterminer le degré d’imposition explicite et implicite de la définition des politiques « publiques » ainsi que des postures y afférentes par des acteurs non étatiques.

C’est là une tentative d’analyse du processus de construction contemporaine de l’Etat à partir des filières et pays de formation qui peut révéler des logiques contradictoires, du moins différentes de la part de groupes d’intérêt qui, dans leur stratégie de positionnement dans l’espace national ou local, peuvent peu ou prou « défier » l’Etat. In fine, quand des logiques individuelles arrivent à transfigurer un tant soit peu des positions et rôles étatiques, ne peut-on pas admettre le déroulement d’un  processus et des médiations de contournement, de disqualification relative, ou de fragilisation de l’Etat national par des segments transnationaux entendus comme des agents (organismes, individus, groupes d’individus, etc.) qui, par-delà les frontières nationales, partagent les mêmes valeurs, priorités, goûts, normes ?  Du coup, lesdits segments peuvent jouer un rôle d’interface pour la transmission et l’imposition de postures et de rationalités homogénéisées.

Trois grands axes d’analyse sont retenus : i) de la définition, élaboration des politiques et programmes d’éducation, ii) de la mise en œuvre desdits programmes et politiques, iii) des effets et de l’appropriation par les bénéficiaires ciblés.  A terme, l’on tentera d’élaborer une matrice de production ou de positionnement vis-à-vis de savoirs et de postures exogènes par des segments transnationaux sénégalais.

 

 



[1] – Maints étudiants sénégalais dans lesdits pays n’ont pas été envoyés par la voie officielle, mais plutôt par des partis politiques, par des voies clandestines, notamment durant la période de la « guerre de Blocs ». La validité et la reconnaissance de ces formations a été une revendication forte portée par les associations des anciens étudiants dans les pays de l’Est.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. issa ndiaye dit :

    M NIANE C EST UN PLAISIR DE RETROUVER ET DE POUVOIR ECHANGER AVEC VOUS
    J AIMERAI LIRE LINTEGRALITE DE CE TEXTE POUR MIEUX LE COMPRENDRE .MAIS POUR LE MOMENT IL ME SEMBLE NORMAL ET LOGIQUE D ADMETTRE CETTE IMPOSITION ET CETTE INFLUENCE DES SEGMENTS TRANS NATIONAUX QUI SONT UN PROLONGEMENT DE L ACTION DES PUISSANCES OU LOBIES NATIONAUX SUR LES POLITIQUES PUBLIQUES D EDUCATION. MAIS CE QUE JE VOUDRAIS SAVOIR M.NIANE C EST la POSTURE QUE L ETAT DOIT ADOPTER FACE A CES INJONCTIONS S IL A LA POSSIBILTE DE NE PAS S Y PLIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search