Dénoncer ou déconstruire

Dénoncer ou déconstruire dans l’espace politico-intellectuel sénégalais, in Figures croisées d’intellectuels – Trajectoires, modes d’action, productions (sous la dir. A. Kouvouama, A. Guèye, A. Piriou, A-C Wagner), Paris, Karthala, 2007, pp. 125-136

 

Le mouvement de contestation du pouvoir colonial français au Sénégal initié à partir de 1935 par l’élite intellectuelle indigène a certes abouti, après sa mutation en un mouvement politique, à l’indépendance en 1960. Mais ici, le discours ‘nationaliste’, les revendications culturelles et politiques de l’élite indigène cachent mal une stratégie de simple dénonciation dont l’objectif ultime reste une ascension dans un champ de pouvoir modélisé par une doxa non indigène, traversé notamment par la « guerre froide » entre les « deux blocs ».

Les différentes fractions en concurrence au niveau de l’élite locale vont installer une logique de dénonciation de l’alter ego, présenté comme étant « à la solde » de puissance étrangère dont les intérêts sont assez différents de ceux du pays. La revendication à outrance du patriciat est comme la valeur suprême de référence.

Plusieurs décennies après l’indépendance, de tels handicaps et ambivalences persistent. La posture « dénonciatrice » semble comme un déterminant des discours et caractérisations dès qu’il s’agit d’un alter ego sénégalais. Par contre, vis-à-vis d’un acteur, d’une situation hors pays, ou dans le quotidien social de ces membres de l’élite politico intellectuelle, l’argumentaire devient différencié, obéit à une autre logique fondée essentiellement sur un travail de déconstruction.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search