Education : Pour une culture du dialogue et de la consultation

Contraintes et opportunités pour conforter une concertation permanente favorisant l’émergence d’une citoyenneté éducationnelle (exposé de cadrage pour le développement d’une culture de consultation, de concertation et de dialogue politique à l’occasion des Journées de Réflexion sur la dynamique partenariale), CONFEMEN, Dakar, Octobre 2007

 

Plusieurs années après le Forum mondial de Dakar, la quasi totalité des pays francophones en Afrique subsaharienne (ASS) dispose déjà d’un plan Éducation Pour Tous (EPT). Malgré des avancées appréciables variant d’un pays à un autre, le bilan reste encore assez mitigé, surtout en matière de qualité comme le laissent voir les conclusions du séminaire ‘Dakar +5’tenu en juin 2005 à Dakar. Bien des défis restent à relever pour l’Afrique subsaharienne quand on sait, comme le note le Rapport mondial de suivi de l’EPT 2006, que sur « trente-cinq pays [qui] sont loin d’atteindre les objectifs, avec des valeurs de l’IDE inférieures à 0,80. Vingt-deux de ces pays se trouvent en Afrique subsaharienne».

 

Certes, les pays concernés font face à des contraintes économiques et financières qui ne permettent pas toujours de mettre à disposition les moyens nécessaires à une éducation universelle de qualité. Il s’y ajoute aussi des problèmes d’une bonne gouvernance des systèmes afin de maximiser les ressources disponibles et d’attirer des moyens additionnels. Mais n’existerait-il pas des potentialités insuffisamment exploitées ou mal mises à contribution ? C’est pourquoi maints analystes et décideurs s’accordent à reconnaître qu’il importe d’ouvrir de nouveaux espaces d’initiatives et de prises de responsabilités à divers acteurs à la base (ONG – OCB – Syndicats d’enseignants – Entreprises privées), en plus des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) en vue d’atteindre les objectifs de l’EPT. Autrement dit cela revient à développer des partenariats dynamiques fondés sur une rigoureuse définition des responsabilités des parties prenantes après une détermination d’objectifs clairs, partagés par tous.

 

La présente note contributive qui s’appuie sur des études menées autour de cette thématique en Afrique subsaharienne (cf. éléments de bibliographie) tente de mettre en exergue des exemples de coopération dynamique développée entre des États et des partenaires de l’école, si ce ne sont pas des initiatives prises par des acteurs préoccupés par le développement de leur terroir ou zone d’intervention. Pour ce faire, il a été apprécié la philosophie des partenariats ainsi que leurs modes de fonctionnement et les domaines couverts. Ce qui peut autoriser à tirer des enseignements des ces expériences de consultation, de concertation et de dialogue, en vue de dessiner les contours des voies et moyens de les porter à l’échelle ou tout au moins, de les pérenniser tout en les amplifiant. Mais auparavant il est nécessaire de préciser le contexte socio-administratif du développement de cette tendance à la co-action, ainsi que des  principaux défis que les systèmes d’éducation africains doivent nécessairement relever.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search