Facteurs de la sous-scolarisation des filles au Sénégal

  • Les facteurs de la sous-scolarisation des filles au Sénégal, Dakar, UNICEF – MEN/DPRE, 1992

 

L’on peut postuler, à la suite de plusieurs études et recherches, que pour un développement soutenu des pays d’Afrique en particulier, il est plus « rentable » d’investir dans la scolarisation, l’alphabétisation, la formation des femmes qui, en tant que maîtresses de foyer, contribuent ainsi mieux à l’épanouissement socioculturel de leurs descendants et à partir d’un double constat : i) bien que constituant plus de 50 % de la population sénégalaise, les femmes ne sont alphabétisées qu’à 19% quand seulement 40.7 % des filles vont à l’école élémentaire et 10 % accèdent au secondaire ; ii) l’existence de disparités criantes en matière de sous-scolarisation des filles selon les régions du pays. L’étude décrypte les facteurs les plus déterminants du phénomène et analyse les mécanismes qui risquent de pérenniser ce handicap. L’hypothèse retenue est que la sous-scolarisation des filles du Sénégal procède, dans une large mesure, d’une « prédisposition », d’une logique inégalitaire entre homme et femme encore très prégnante en milieu rural notamment et que la crise actuelle de l’Ecole renforce notablement. En d’autres termes, des stratégies adoptées face au faible rendement du système scolaire, finissent par avoir des effets négatifs sur l’accroissement du taux de scolarisation du genre féminin.

 

Plusieurs indicateurs socioéconomiques tendent à prouver que la femme sénégalai­se, malgré son importance numérique dans la population globale et la position centrale qui est la sienne dans la famille en tant qu’espace « intérieur » (privé), par opposition à l' »extérieur », au public, occupe une place relativement peu privilégiée. En effet, dans l’activité économique, les femmes demeurent encore reléguées à des positions non prépondérantes comme par exemple dans le petit commerce du secteur dit informel, même si par ailleurs elles génèrent des revenus de plus en plus importants grâce notamment aux Groupements de promotion féminine (GPF). Dans l’espace politico-administratif, bien que le discours officiel fasse référence au poids de la femme dans la société sénégalaise, ceci ne se traduit pas par l’existence de groupes de pression du genre ; la gente féminine est confinée à la périphérie des instances dirigeantes tant au niveau des partis politiques, que de l’Etat.

 

Cette situation défavorable ne peut que militer en défaveur d’un investisse­ment scolaire au profit des jeunes filles de la part des populations, surtout rurales, où l’image plus ou moins négative de l’école coloniale extravertie demeure encore relativement vivace. Autrement dit, puisque les profits socio-économiques de la scolarisation des filles sont bien inférieurs à ses coûts, la demande tend globalement, à baisser. C’est ainsi que depuis 1988, le taux d’admission des filles en première année de l’élémentaire décroît au rythme de 4.03 par an, passant de 37.5 % en 1988 à 35.7 % en 1991.

 

Le taux de déperdition du Cours d’initiation au Cours moyen est plus important chez les filles que chez les garçons. En clair, les premières mettent plus de temps pour terminer le cycle, si elles ne sont pas exclues ou si elles n’abandonnent pas, ou plutôt « retirées ». A terme, ceci a pour effet la non inscription des filles. Pourtant, celles-ci réussissent assez bien quand elles sont dans des conditions idoines, notamment quand elles ne sont pas submergées par des sollicitations extrascolaires comme par exemple les travaux domestiques.

 

Plusieurs indicateurs comme le déficit en matériels didactiques, en mobilier scolaire sans compter les effectifs pléthoriques en zone urbaine, montrent bien les contre-performances ou sous-performances du système au niveau de l’élémentaire. Si par ailleurs on sait

 

a) que les programmes en cours prennent peu en compte les spécificités de la femme, c’est-à-dire que par rapport à certaines valeurs du milieu la demande est loin d’être satisfaite par l’institution scolaire ;

 

b) que l’image de la femme est loin d’être valorisée dans les manuels en usage ;

 

c) que les frais scolaires des filles accédant à l’enseignement moyen deviennent exorbitants pour beaucoup de parents ;

 

d) que certaines dispositions administratives comme la réglementation draconienne sur les grossesses des élèves sont inhibitrices ;

 

e) qu’il n’existe pas une réelle politique de promotion de la femme dans la hiérarchie administrative.

 

L’on comprend mieux la défection, ou plutôt la réticence des populations à inscrire les filles à l’école. Compte tenu de la relative modestie des moyens financiers disponibles pour accroître un tant soit peu le nombre de filles scolarisées en rapport avec les objectifs retenus d’une part par la Conférence de Jomtien et le Sommet mondial de l’enfance, d’autre part par la lettre de politique sectorielle en matière d’éducation adoptée par le Sénégal, il apparaît plus judicieux d’opérer dans un espace circonscrit et en profondeur, en lieu et place d’une politique à grande échelle dont les résultats auraient un impact peu important. Une telle option, si elle est judicieusement mise en œuvre, pourrait permettre d’atteindre, dans les vingt (20) départements où le taux de scolarisation des filles est le plus faible, une « masse critique » pour espérer installer de manière irréversible, le réflexe d’envoyer les petites filles à l’école d’une part, et d’autre part de leur octroyer le maximum de chances de réussite pour déclencher un phénomène de « tâche d’huile » qui se développera, s’élargira si les populations et les bénéficiaires constatent que la scolarisation des filles génère des « out put » socialement rentables.

 

Toutefois, pour espérer ancrer une dynamique devant contribuer à résorber les déséquilibres entre garçons et filles en matière d’enseignement, il importe d’adopter une stratégie fondée sur l’implication, la responsabilisation effectives des populations – cibles doublées d’une mobilisation de « vecteurs d’opinion » prêts à prendre en charge puis à « relayer » les éléments d’une politique centrée sur la promotion scolaire du groupe féminin. Une fois la connaissance et la reconnaissance des bienfaits de la scolarisation des filles acquises ou mieux, concomitamment à ce processus, un programme multiforme, axé sur la motivation des parents par le biais de mécanismes qui les soulageraient des frais de scolarité des filles et sur l’amélioration de la qualité de l’enseignement, sera impulsé avec le concours d’O.N.G, de groupes communautaires  à la base, de promoteurs privés qui élaboreront  des programmes concourant à la réalisation des objectifs généraux identifiés dans un plan national d’action. Les  grands axes dudit plan pourraient être les suivants :

 

  • une politique de promotion de la femme avec l’édition de mesures tendant à réserver un quota aux femmes dans les instances politico-administratives dirigeantes et dans d’autres structures techniques ;
  • la création de pôles d’excellence pour filles au niveau des enseignements moyen et secondaire en vue de susciter un effet d’entraînement ;
  • une nouvelle réglementation sur la grossesse des élèves ;
  • un réaménagement des curricula prenant en charge les problèmes spécifiques du genre surtout en milieu rural ;
  • la revalorisation de l’image de la femme dans les manuels scolaires ;
  • la surveillance des disparités filles/garçons par un « observatoire » au niveau de la Direction de la Planification et de la Réforme de l’Education ;
  • l’appui à des plans locaux de résorption du handicap des filles en matière de scolarisation ;
  • une large campagne d’information et de sensibilisation sur la scolarisation des filles.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search