Projets gestion ERN et développement au Sénégal

Impacts des projets de gestion des ressources naturelles de la Coopération technique allemande par rapport à la lutte contre la pauvreté et le développement durable au Sénégal, GTZ, juillet 2002

 

Le Sommet du Millénaire des Nations Unies a solennellement retenu de réduire de moitié d’ici 2015, le pourcentage des plus pauvres par rapport à la population mondiale (BMZ, 110). Se faisant, il a ouvert un vaste champ de réflexion et d’actions devant engager toute la communauté internationale, notamment les pays en développement comme le Sénégal. Sous ce rapport, plusieurs institutions, regroupements, documents ont tenté de baliser la problématique du développement durable et de la réduction de la pauvreté pour pouvoir retenir des actions pertinentes, prioritaires qui s’appuient, se justifient au travers d’hypothèses, postulats de développement soutenu au bénéfice du plus grand nombre possible. Relativement au problème reconnu crucial de la protection de l’environnement et des ressources naturelles pour contribuer à la réduction de cette fracture socio-économique qui handicape l’Afrique, celle-ci a un important rôle à jouer. C’est pourquoi le NEPAD a retenu  « une stratégie visant à entretenir ces ressources et à les utiliser pour le développement du continent africain, tout en les conservant pour toute l’humanité. (Mais) il est évident que, si on ne donne pas aux communautés vivant à proximité des forêts tropicales d’autres moyens de gagner leur vie, elles contribueront à la destruction des forêts. Comme la conservation du patrimoine environnemental est dans l’intérêt de l’humanité, il est impératif que l’Afrique soit placée sur une voie de développement qui ne la mette pas en danger. » (Nepad, 2001).

Quant au CAD, instance privilégiée d’échanges et coopération réunissant la plupart des pays partenaires du Sénégal en matière de développement, il a développé une vision prospective qui ne jure pas d’avec les ambitions du NEPAD et reste conforme aux objectifs du Sommet du Millénaire. S’inscrivant dans la même lancée, l’Allemagne, dans ses principes directeurs de coopération pour le développement note que la pauvreté a des bases qu’il importe de ne pas perdre de vue afin de mener des actions conséquentes.

Pour la période 2002-2007, le Sénégal vient d’élaborer un projet de 10e Plan de développement économique et social en parfaite cohérence avec les orientations du NEPAD afin i) d’impulser une croissance forte et durable, ii) de réduire la pauvreté, iii) de promouvoir la bonne gouvernance. Selon le DSRP, la pauvreté au Sénégal reste un phénomène principalement rural car les indicateurs de développement humain y sont encore bien préoccupants, révélant un accès limité aux services sociaux pour ces segments de la population. « Par conséquent, la réduction de la pauvreté, notamment en milieu rural, est devenue l’objectif prioritaire de la politique de l’Etat. » (GS, 2001)

Pour y parvenir la  stratégie du Gouvernement repose essentiellement sur la promotion du « développement rural décentralisé » qui ne peut se concevoir sans i) la responsabilisation des acteurs locaux, ii) la transparence dans la cogestion des investissements communautaires. Comme le DSRP, le Programme de Bonne Gouvernance est constitutif du 10e Plan. Il postule que pour l’édification d’un « Etat stratège », les pouvoirs publics se doivent d’impulser une dynamique de responsabilisation et de solidarité sous tendue par le civisme, la recherche du consensus, la participation, la transparence.

Conçu comme instrument d’affirmation et de réalisation de la politique environnementale du Sénégal, le PNAE se veut d’être le principal référentiel pour la mise en cohérence des politiques sectorielles dans le secteur des RNE. En tant que dérivés du PNAE, le PAN/LCD, le PNACB, la SNMO-CCNUCC se sont inscrits dans la même dynamique d’articuler la gestion des ressources naturelles à un développement humain durable, à la lutte contre la pauvreté, notamment en milieu rural. En cela, ils apparaissent comme des instruments opérationnels du PNAE privilégiant l’implication et la responsabilisation de tous les acteurs pertinents, ainsi que l’information et la sensibilisation.

Les différents documents pertinents sus mentionnés ont des lignes d’action qui, si elles ne sont pas identiques, n’en demeurent pas moins très proches, en tout cas en parfaite cohérence. Et les hypothèses fortes, les postulats ainsi que les lignes d’actions prioritaires qui y sont retenus s’accordent quasiment à reconnaître qu’il existe une nette corrélation entre développement durable et gestion rationnelle des ressources naturelles ; qu’une valorisation conséquente de ces ressources demeure un levier privilégié pour permettre aux communautés défavorisées, en particulier les jeunes et les femmes du monde rural, de résoudre leurs principaux problèmes de développement. Dans quelle mesure ces hypothèses, postulats et actions prioritaires se retrouvent-ils implicitement ou explicitement dans les différents projets sénégalo-allemands de GRN ?

Les champs d’intervention, les zones ciblées, les populations concernées, les moyens structurels, techniques et financiers mis en œuvre par la coopération allemande en matière de GRN, sont autant d’indicateurs d’une option stratégique qui s’inscrit très largement dans la dynamique de la lutte contre la pauvreté, pour le développement humain durable avec comme levier principal, la préservation et la valorisation  des ressources naturelles. Au nombre de six, les projets sénégalo-allemands en matière de gestion durable des ressources naturelles (PAPF – PAGERNA – PPD – PSPI – PSACD – CT-GTZ/MJEHP) représentent environ 60% des interventions techniques allemandes au Sénégal (GTZ, 2002) pour une aide cumulée d’environ 18.9 milliards F.CFA de 1993 à 2005. Ces projets couvrent des domaines essentiels pour le développement économique et l’amélioration du mieux-être des populations concernées qui sont impliquées et responsabilisées à différents niveaux de ces processus et dans des domaines comme la foresterie, la conservation des sols, la gestion participative des terroirs, l’agriculture, le pastoralisme, l’autopromotion, l’appui à la politique environnementale. Bien que ne couvrant pas l’ensemble du territoire national, les projets GTZ de GRNE concernent un échantillon assez représentatif des différentes zones éco-géographiques du Sénégal avec les principales contraintes et opportunités que l’on peut y rencontrer : zone agricole du Bassin arachidier – zone agro-forestière de la Casamance – zone sylvo-pastorale du Ferlo – Zone des aménagements hydro-agricoles de la vallée et du delta du fleuve Sénégal. A l’évidence, les couvertures géographiques et socio-économiques opérées par les projets GTZ de GRN révèlent une volonté de prise en compte des éléments constitutifs de la réalité sociopolitique du Sénégal en général, de certaines spécificités locales en particulier.

Pour une plus grande visibilité de l’état des ressources naturelles dans les terroirs ciblés et de son articulation ou plutôt de la corrélation existant entre la préservation, la valorisation de ces ressources et un développement durable, une réduction sensible de la pauvreté, il importe de disposer non seulement d’un paquet technique (méthodologie d’approche – outils de préservation et de valorisation – etc.), mais aussi faire en sorte que les population concernées acceptent et s’approprient un tel dispositif d’intervention qui doit s’appuyer sur au moins quatre piliers que sont i) un diagnostic fiable, ii) une planification raisonnée, iii) une gestion durable, iv) une valorisation conséquente.

Dans cette perspective, les projets GTZ n’ont pas seulement ouvert des voies d’action pouvant permettre la valorisation de nombreuses potentialités dans l’optique d’une gestion durable des ressources naturelles, mais ils ont aussi contribué à faire capitaliser dans leur environnement socio-administratif et économique un stock d’effets positifs multiples (banques de données – capacitation et information – mutations institutionnelles et organisationnelles – nouveaux modes de coopération et d’interaction – amélioration des revenus et conditions de vie – valeurs sociales ajoutées).

Un des postulats de la gestion des innovations, est que les changements ne sont possibles dans un secteur donné que lorsque les acteurs ou « clients » sont disposés à adopter de nouveaux paradigmes de pensée et d’action. Et plusieurs outils et démarches, ainsi que des comportements de partenaires des six projets tendent à prouver qu’ils sont porteurs de capacités, de postures en phase avec un environnement changeant, devant faire face à de nouveaux challenges que sont entre autres, la promotion de la bonne gouvernance, la conservation et la valorisation des RNE, la mobilisation d’une expertise locale, pour espérer une réduction notable de la pauvreté dans une économie de plus en globalisée, où la recherche d’une plus grande productivité est devenue une exigence majeure.

Les différents projets contribuent largement à la mise en œuvre des Conventions internationales pertinentes dérivées de l’Agenda 21 et du coup participent à la réalisation des politiques nationales en matière de ressources naturelles et d’environnement (PNAE – PAN/LCD, etc.). Leur degré de conformité avec le 10e Plan de Développement du Sénégal, le Programme lutte contre la pauvreté, le Programme de Bonne Gouvernance est largement avéré. L’essentiel des lignes d’action prioritaires de ces documents se trouvent pris en compte assez largement dans les programmes déroulés jusqu’ici par lesdits projets. La fin prévue des projets est pour 2005 au plus tard. Or le 10e Plan et la Stratégie de réduction de la pauvreté par exemple s’achèvent respectivement en 2007 et 2015 avec une première période 2005 pour la SRP. Dès lors, il importe d’explorer de nouvelles pistes d’action et de réflexion afin d’amplifier une telle dynamique, rentabiliser au mieux tous les acquis sus mentionnés en tenant bien sûr compte de certaines exigences de l’environnement international actuel.

La lutte contre la pauvreté en milieu rural peut difficilement se concevoir et advenir si elle faisait fi de la valorisation des ressources naturelles qui demeurent la principale opportunité, le secteur « vache à lait » la plus pertinente pour cet espace socio-économique.  Dans l’ensemble, les paquets techniques élaborés et mis à disposition par les projets, ainsi que les différents acquis socio-organisationnels montrent bien que pour l’essentiel, les objectifs assignés ont été atteints dans une large mesure. Mais il persiste encore « le syndrome du projet pilote » qui se caractérise par l’abandon d’initiatives à la suite d’un désengagement du soutien financier ou technique externe et qu’il importe d’annihiler. Autrement dit, quels sont les créneaux futurs d’une insertion harmonieuse des interventions des projets GTZ dans la Stratégie de réduction de la pauvreté au Sénégal, de la promotion de la Bonne gouvernance ? Plusieurs éléments et  indices militent en faveur d’une sorte de ‘réorientation continuée’ des activités enclenchées par les projets GTZ.

Le rapport coût/profit pour exploitation de parcelles forestières aménagées est devenu très intéressant comparé à celui de l’agriculture, notamment dans le contexte de baisse tendancielle des prix de vente de certains produits agricoles comme l’arachide. Et il se trouve que des évolutions positives ont été notées dans les postures socio-économiques des populations impliquées par exemple dans le PSACD et le PSPI.

Les potentialités économiques de la zone d’intervention du PAPF permettent un élevage extensif rentable s’il reste bien encadré pour un ravitaillement en viande des villes. Le déstockage du bétail redynamiserait le commerce et ouvrirait des perspectives pour des investissements dans d’autres secteurs (cf. éleveurs ayant investi dans le transport).

Au niveau du PPD, des fonds mis à disposition pour la pêche ont permis de générer des ressources pour le renouvellement et la modernisation des instruments de travail. Les villageois ont atteint une masse critique d’autofinancement. Ce qui dénote de l’efficacité de tels investissements.

Dans le contexte actuel du commerce international, l’anacardier peut avoir une haute valeur ajoutée grâce notamment aux acquis du PASA internalisés par le PAGERNA ou le PSPI notamment. Il en est de même du miel, de la cire d’abeille ou de la gomme arabique qui présente des avantages comparatifs avérés, ce qui militerait en faveur de sa plus grande prise en compte comme sous composante dans le PAPF.

De telles opportunités autorisent à envisager une évolution générationnelle progressive : le développement d’un entreprenariat rural fondé essentiellement sur la valorisation des RN à partir de PME et PMI à base communautaire. Pour y parvenir, l’accès à des crédits plus importants et que ne peuvent accorder les Caisses actuelles qui n’en ont ni la vocation, ni la capacité financières, demeure incontournable. Ces crédits contribueraient à des investissements plus importants pour espérer une rentabilité de certaines filières.

Il reste entendu que ces crédits ne seront pas accordés sans un système de garantie qui présente beaucoup moins de risques s’il est fondé sur des parcelles de forêts aménagées et donc facilement estimables, ou de vergers, plutôt que de champs agricoles. Le fonds de garantie pourrait aussi provenir de la constitution de stocks de produits immobilisés pendant une certaine période. Pour une garantie fondée sur les ressources forestières, la contrainte majeure reste liée à la gestion du foncier. Elle peut être levée entre autres, grâce à une demande impérieuse de la base qui aura apprécié, pris conscience des profits à tirer d’une accumulation à partir des RN, « vache à lait », locomotive d’un développement local. A défaut d’une réforme profonde de la loi sur le domaine nationale permettant entre autres que des parcelles aménagées individuellement ou collectivement puissent constituer un fonds de garantie RN (forêts – etc.) pour l’accès à des crédits plus substantiels auprès d’organismes appropriés, il est possible d’envisager une stratégie d’entraînement : l’intéressement à la valorisation des RN d’acteurs ruraux (middle class) pouvant disposer de garanties pour enclencher l’étape exploitation élargie et soutenue des RN. Se faisant, ils deviendraient des agents potentiellement capables de créer les conditions d’extension à d’autres catégories moins favorisées et qui ont été jusque là, la cible privilégiée des projets GRN.

Certes, par rapport au Plan d’action du gouvernement fédéral allemand en matière de lutte contre la pauvreté, les lignes d’action « développement de l’entreprenariat des pauvres »,  «engagement de réformes foncières et agraires », « prévention de crises et règlement pacifique des conflits » n’ont pas été explicitement retenues lors de la formulation des projets GTZ en matière de GRN. Mais il n’en demeure pas moins que des éléments de facilitation de leur émergence peuvent être repérés dans les différents acquis desdits projets. Au demeurant, ils ont enclenché une dynamique de dépassement, une sorte d’alternative aux « mesures d’accompagnement » classiques qui ont souvent montré leurs limites (par exemple « food for work ») dans le déroulement de projets, en faisant élaborer en particulier des plans locaux de développement axés principalement sur l’aménagement et l’exploitation rationnelles des ressources naturelles.

Compte tenu des impacts existants ou potentiels des projets GTZ/GRN, le renforcement des acquis pourrait s’articuler autour de trois axes principaux : i) une plus grande capacitation des collectivités locales (approfondissement et consolidation de la décentralisation), ii) la formation dans des métiers ou activités liés à la GRN ; iii) une plus grande valorisation financières des ressources naturelles.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search