Socioéconomie choléra au Niger

Prévention, riposte et gestion des épidémies de choléra au Niger de 1996 à 2006 – Evaluation analytique et prospective, UNICEF Niger, Avril 2007

 

Depuis environ deux décennies, les ripostes annuellement déroulées par les structures sanitaires en rapport avec différents partenaires pour tenter d’endiguer les épidémies de choléra auxquelles se trouve confronté le Niger, sont demeurées jusque là relativement peu efficaces. La maladie éclot quasiment chaque année, avec un nombre de victimes relativement important dans plusieurs zones. C’est pourquoi l’objectif de la présente étude est de comprendre les contraintes (notamment socioéconomiques et culturelles), les dysfonctionnements au principe des résultats mitigés obtenus.

La complexité de la situation qui ne relève pas exclusivement de la santé, appelait une évaluation des actions déjà entreprises, mais pas seulement au sens de faire la balance entre positif et négatif, mais surtout de procéder à une appréciation-apprentissage permettant de tirer des leçons, de capitaliser, de valoriser les acquis d’expériences pertinentes en matière de prévention, riposte et gestion du choléra. C’est ainsi que l’accent a été mis sur une sorte de triptyque constituée par i) l’environnement socioéconomique, administratif et culturel prévalant ; ii) les attentes, besoins et perceptions des populations en matière de santé et plus spécifiquement en ce qui concerne le choléra ; iii) les facteurs handicapants ou de facilitation de toute intervention, en particulier les potentiels technico-administratifs de prise en charge des épidémies. Ce qui aura permis de formuler des recommandations fortes, ainsi que des projets de documents (plan triennal – canevas de plan de contingence – cadre de communication de proximité).

Pour l’exécution de l’exercice, l’approche méthodologique est restée holistique, c’est-à-dire une approche systémique pour identifier les diverses interrelations existantes. L’interrogation principale « Comment faire pour que les autorités et les populations circonscrivent les effets socioéconomiques néfastes du choléra » a été constamment au principe des analyses et appréciations. Compte tenu des données épidémiologiques disponibles et afin de déceler d’éventuelles constantes, la période de 1996 à 2006 a été retenue comme cadre temporel des principales appréciations. Les visites de terrain qui ont complété la revue documentaire  ont été menées, outre Niamey, dans quatre régions (Dosso, Tahoua, Maradi et Zinder) représentatives des zones à risques.

Du point de vue socioéconomique, les zones à risques situées pour l’essentiel dans une longue frange du sud du Niger, se trouvent confrontées à un relatif déficit en  services sociaux de base (santé – accès à l’eau – éducation). Au demeurant, le Niger, situé en zone sahélo saharienne dans l’Est de l’Afrique de l’Ouest, est un vaste pays enclavé de 1 267 000 km2. Il a des frontières avec sept pays et est classé parmi les pays les plus pauvres du monde avec plus de 63% de sa population vivant en dessous du seuil absolu de pauvreté.

Comme dans la plupart des sociétés traditionnelles subsahariennes, la religion et la chefferie occupent une place prépondérante dans l’organisation sociale au Niger qui demeure un pays fortement islamisé. Ici, les techniques de communication sociale, d’échanges avec un tiers obéissent à des règles relativement strictes. Les ‘fadas’ ou associations de groupe d’âge y jouent encore un rôle prépondérant. La solidarité familiale constitue aussi une autre des valeurs cardinales de la société traditionnelle nigérienne.

Le bilan épidémiologique laisse apparaître que le choléra est apparu au Niger dans les années 1970. Depuis lors, il est devenu une épidémie qui éclot quasiment chaque année à des degrés divers. La localisation spatiale des foyers d’épidémie de choléra est quasi immuable. Les zones concernées, qui se situent aux frontières avec le Bénin, le Nigéria, le Tchad, ont de nombreux plans d’eau dont l’alimentation est relativement importante en période pluvieuse.

Entre 2003 et 2006, il y a eu 4324 cas (41.58% du cumul sur dix ans) pour 195 de décès (29.10% du total des décès). Ce qui peut signifier que des efforts notables ont été réalisés en matière de traitement des malades. Mais ces données peuvent aussi être interprétées comme étant la traduction d’une faiblesse, ou tout au moins, un relâchement dans la prévention. En d’autres termes, c’est comme si le curatif est largement prédominant par rapport au préventif.

Certes le choléra tue moins que la méningite ou bien le paludisme qui chaque année emporte environ 2000 personnes sur 770 000 individus atteints. Mais il n’en reste pas moins que le choléra est plus spectaculaire, avec souvent des appréciations dévalorisant l’image d’un pays, d’une localité. Ce qui ne manque pas d’avoir des conséquences socioéconomiques fortement négatives.

Bien que le choléra soit récurrent au niveau national, il ne l’est que partiellement aux niveaux régional et départemental, et pratiquement pas au niveau villageois. Ce qui laisse entrevoir une difficulté de prévision, d’anticipation notamment pour les populations de ce dernier niveau qui n’ont jamais été confrontées auparavant à une épidémie. Or, le niveau de pertinence des actions de sensibilisation et de mobilisation les plus efficaces pour prévenir et riposter contre le choléra demeurent les villages ou quartiers.

Dans les zones à risques, outre la forte mobilité transfrontalière qui constitue un important facteur de propagation, les principaux comportements à risques sont i) la consommation d’eau non potable (cours d’eau – marigots – pluie), ii) la consommation de nourriture impropre, iii) la non utilisation de latrines et l’absence d’un système de gestion des eaux usées et des déchets.

Le cadre logique pour la prise en charge du choléra existe bien au niveau du Ministère en charge de la Santé. Ce qui fait qu’en période d’épidémie, les agents de santé font montre d’une pratique adéquate en matière de mesures préventives et/ou de riposte, notamment avec les CTC. Par contre, en période d’accalmie, la régularité de telles pratiques est largement moindre. Il en va de même pour les Comités de gestion des épidémies qui sont en première ligne lors des épidémies, en ce qui concerne la prise en charge sociopolitique, la mobilisation des moyens matériels et logistiques. La dimension mitigation de la pauvreté par l’amélioration de l’environnement (accès à l’eau potable – assainissement) n’est pas encore suffisamment intégrée dans les plans de contingence des épidémies.

Les actions de formation menées ont, pour l’essentiel, concerné des personnels de Districts. Mais le degré de renouvellement, de mobilisation, ou de démultiplication de ce stock de formation reste très faible. Quant aux campagnes d’information et de sensibilisation, quand bien même elles sont menées, elles demeurent assez ponctuelles et avec un taux pénétration peu important surtout lorsqu’elles sont déroulées par les communicateurs des Districts. Si les chefs traditionnels et guides religieux sont impliqués dans la prévention et la gestion des épidémies, leur mobilisation effective laisse à désirer. Pendant ce temps d’autres acteurs clés (ONG – OCB) sont insuffisamment impliqués.

Entre autres leçons apprises de la prévention, de la riposte et de la gestion du choléra au Niger, l’on peut retenir que

ü  des populations pauvres et qui plus est non scolarisées et sous informées, ont une appréciation du rapport coût / profit de certaines techniques de prévention qui explique grandement leur ‘refus’ ou plutôt ‘difficultés’ de changement de comportements;

ü  la prédominance du curatif sur le préventif en matière de lutte contre le choléra serait liée aux plus values sociopolitiques que l’on peut tirer de ‘l’urgence’, de la plus grande visibilité des activités déployées par temps d’épidémie ;

ü  il existe des expériences porteuses pouvant être bien internalisées dans la lutte contre le choléra : les ‘relais’ pour les JNV – partenariat UNICEF/ média – projets communautaires appuyés par des ONGs ou initiés par des Organisations Communautaires de Base.

Parmi quelques pistes de réflexion et d’action à envisager pour la mitigation du choléra au Niger, on peut noter :

  • Le renforcement de l’implication et de la contribution des services de l’Hydraulique, mais aussi du Développement communautaire dans la lutte contre le choléra à travers l’amélioration sensible de l’accès à l’eau potable, la mise en place de système d’assainissement idoine ;
  • Le développement d’une micro coopération avec les pays voisins comme le Bénin, le Nigeria, le Tchad, en particulier leurs unités sanitaires limitrophes ;
  • L’infléchissement de la stratégie générale en mettant un accent particulier sur la prévention, ce qui suppose que l’on fasse connaître et reconnaître les avantages comparatifs d’une telle option, non seulement aux autorités, mais aussi aux populations, sans oublier les leaders et relais sociaux ainsi que les PTFs ;
  • L’adoption du ‘faire-faire’ (délégation, transfert et/ou partage de certaines compétences) afin d’impliquer et de responsabiliser des acteurs pertinents autres que les seuls personnels de santé, notamment en matière de sensibilisation et d’information ;
  • Le développement d’un partenariat public / privé pour mobiliser des ressources additionnelles, ou pour participer à des campagnes nationales de lavage des mains ;
  • La restructuration des Comités de gestion des épidémies en les scindant en a) Comité d’orientation en charge de la validation des plans d’action et de la mobilisation des moyens dirigé par l’autorité administrative pertinente et b) Groupe technique opérationnel managé par l’autorité sanitaire ou tout partenaire jugé pertinent selon les localités ;
  • L’adoption de procédures transparentes quant à l’utilisation des moyens mis à disposition afin d’accroître et de pérenniser l’action des donateurs et partenaire ;
  • La conception et la mise en œuvre d’exercices de simulation sur l’organisation et la gestion d’un CTC ;
  • L’insertion dans les curricula scolaires de thèmes relatifs aux facteurs et modes de transmission du choléra ainsi que les mesures de lutte contre l’épidémie ;
  • La constitution de ‘brigades scolaires’ dans les établissements qui participeraient à la prévention, à la démonstration de bonnes pratiques en matière de gestion du choléra ;
  • L’amplification de l’information / sensibilisation sur le choléra avec notamment i) la formalisation d’émissions interactives en rapport avec les radios partenaires de l’UNICEF, ii) la mise à contribution des vidéoclubs existants dans nombre de localités.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search