Facticité d’un pouvoir

De la facticité d’un pouvoir. L’alternative à l’Etat central (1997). Formation des élites et culture transnationale, Paris/Uppsala, CSE/EHESS – SEC, ILU, pp. 271-282

Comment lire et comprendre le processus de décentralisation par transfert de nouvelles compétences aux Collectivités locales, consacré par la loi votée par le parlement sénégalais en janvier 1997 ? Les nouveaux promus disposent-ils réellement de pouvoir ? Ont-ils d’ailleurs les capacités requises pour l’exercice d’un tel pouvoir qu’ils n’ont pas demandé et qui leur est octroyé par une Administration jusque là très jacobine ? Les agents des institutions méta étatiques qui ont enclenché ce processus de restructuration, ne peuvent dès lors que rester maîtres d’un jeu dont ils ont établi les règles grâce notamment à leur sens de l’anticipation et de l’assimilation.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search