Un anticonformisme encadré

Colloque RAE Pau mars2005 2

Cadres d’ONG : un anticonformisme encadré, in M.D. Gheorghiu é P. Arnault (eds), Les sciences sociales et leurs publics – Engagements et distanciations, Editura Universităţii „Alexandru Ioan Cuza”, 2013, Iaşi, pp. 201-222

 

A n’en pas douter, les ONG mobilisent de plus en plus de jeunes diplômés de l’enseignement supérieur. Et pour le cas de l’Afrique en particulier, certains analystes notent que c’est là l’ouverture d’un nouvel espace d’insertion ou de réhabilitation socioprofessionnelle. Autrement dit, dans le cadre d’une ‘néo-convoitise’ de l’Afrique, l’humanitaire serait devenu, ou en tout considéré par d’aucuns, comme un fonds de commerce à forte valeur ajoutée socioéconomique et culturelle. Les ONG apparaissent dans cette optique comme des « structures refuges » ambivalentes, ambiguës dans ce qu’on pourrait qualifier de « commerce du don ».

Le texte tente de montrer comment les ONG, en même temps qu’elles se présentent comme des organisations « anticonformistes » (non étatiques), demeurent cependant assez soumises à des instances de régulation transnationale, permettant une homogénéisation (réseaux d’affinités ouverts/fermés) plus ou moins forte, non seulement des profils, mais aussi et surtout des postures des « cadres » desdites ONG. Le deuxième questionnement majeur est de savoir dans quelle mesure les responsables /animateurs des ONG peuvent-ils être considérés comme des « cadres » ? Se perçoivent-ils comme tel ? Sont-ils des Experts au sens de producteurs de nouveaux savoirs et comportements ? Dans ce cas, comment advient leur « grandeur » ? Quelles sont leurs similitudes et dissemblances avec d’autres catégories de nouveaux cadres, notamment les « rois éphémères des Start Up » ?

Pour répondre à ces interrogations, il est notamment analysé les différents types de parcours et pratiques de cadres d’ONG, notamment internationales. En outre, les stratégies implicites et explicites usitées par ces ‘experts’ à la recherche du bien-être, de la réhabilitation, de la rédemption des acteurs laissés pour compte par les politiques étatiques, ont été décryptées afin de voir si elles ne révèlent pas en définitive i) des ‘honey pots’ profitant beaucoup plus aux initiateurs, qu’aux bénéficiaires supposés d’une part, ii) une renégociation et/ou redéfinition de l’espace Public/Privé, des principales fonctions de l’Etat d’autre part.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *