Ouvrages

 

  • (2011). Elites par procuration. Handicaps et ruses des dirigeants politico-administratifs sénégalais, Paris, L’harmattan

Moins qu’une critique des trois premières générations (époque coloniale –  années 90) de l’élite politico-administrative sénégalaise, l’ouvrage propose plutôt un décryptage, un éclairage de leurs handicaps substantiels, des effets de champ qui ne leur ont pas permis d’opérer des changements profonds, des mutations essentielles. Pour ce faire, sont analysés leurs statuts, profils et postures durant plusieurs séquences temporelles déterminantes dans l’histoire sociopolitique du Sénégal, en repérant notamment les éléments qui n’ont pas contribué à faire du national le lieu de pertinence stratégique de leurs investissements et anticipations. A l’ère de la globalisation, un tel comportement des segments sociaux concernés équivaudrait à un cosmopolitisme réducteur, récusant, pour une large part, toute posture identitaire nationale. 

Les pratiques et performances desdites élites dans l’espace du pouvoir étatique ainsi que les exigences des ‘méta-Etats’, ont contribué un tant soit peu à renforcer certaines dépendances structurales, en même temps qu’elles sont au principe de mutations dans l’espace socioéconomique national.  Et dans ce processus de ‘stagmutation’, des acteurs ‘hérétiques‘ issus ou se prévalant du secteur dit de l’informel, apparaissent assez déterminants, avec des valeurs ajoutées socioéconomiques et culturelles préfigurant les ‘numéros un’ de demain.

 

  •  (2008). (avec A.C. Wagner, eds), Nouvelles offres, nouvelles demandes de formation dans les pays en développement à l’ère de la globalisation. Rencontre internationale à la FASTEF, UCAD Dakar 6-7 déc. 2007, Paris, MSH

 

 

 

  • (2003). (sous dir Lebeau Y, Niane B, Piriou A, de Saint-Martin M) Etat et acteurs émergents en Afrique, Paris, Karthala

 

Au sein ou à la périphérie des États africains contemporains gravitent nombre d’acteurs devenus particulièrement visibles depuis les récentes recompositions étatiques. Parmi eux, se détachent des individus ou des groupes dont les pouvoirs ont été renforcés par la valorisation du « local » et des coopérations transétatiques –élites locales, organisations non gouvernementales, devenues des porte-drapeaux de la «société civile» – ainsi que des associations et des syndicats d’hier revigorés par la consolidation des acquis démocratiques. C’est à partir de ces différents «acteurs émergents» que les auteurs mettent en perspective et élucident les désordres liés aux mutations des dernières années.

L’irruption plus ou moins violente de grands changements sociopolitiques – adoption des programmes d’ajustement structurel, mondialisation, «transition démocratique», renforcement des pouvoirs de la société civile – remet-elle en cause la centralité de l’État dans les destinées politiques et économiques des sociétés africaines ? Les stratégies déployées pour le contourner ou pour le dédoubler, les guerres civiles visant son contrôle, les critiques acerbes dont il est l’objet de la part des bailleurs de fonds pourraient bien témoigner de sa vitalité en tant qu’appareil tout autant que celle des réseaux qui lui sont articulés.

Fondé sur des enquêtes empiriques menées en Afrique francophone, lusophone et anglophone, le livre alterne les regards internes et externes au continent, combine les échelles macro et micro sociales et introduit une lecture sociologique dans l’approche des relations extérieures de l’État comme dans ses relations avec les groupes qui contestent aujourd’hui son monopole de la «chose publique».