Défense et illustration d’une économie de l’engagement

Défense et illustration d’une économie de l’engagement

préface de l’ouvrage de Mamadou dit Papa Coumba Mbodj,

L’école en crise, analyse critique de la politique éducative du Sénégal (PDEF 2000-2012), Dakar, Les Editions de la brousse, 2015

ISBN 978 295 298 038

 

Politistes, économistes et autres analystes s’accordent à admettre que le 21e siècle se caractérise entre autres par le rôle déterminant du savoir dans le développement non seulement des sociétés et institutions productives, mais aussi de chaque citoyen, acteur socioéconomique, etc. Les biens immatériels sont en effet devenus des éléments prépondérants dans la quasi-totalité des systèmes de production, de classement et donc de re/distribution des avantages de la croissance.
Entre autres exigences que requiert une Économie du savoir, se trouve en bonne place un système d’éducation et de formation (SEF) pertinent, car répondant aux besoins réels de ses parties prenantes (communautés à la base – familles – apprenants – enseignants – Etat et ses démembrements – Entreprises utilisatrices – Partenaires techniques et financiers – etc.). Ledit système d’éducation et de formation, s’il est efficace, permet à ses bénéficiaires de disposer notamment des compétences requises pour pouvoir acter dans un monde de plus en plus globalisé, fortement concurrentiel. Pour un pays anciennement colonisé comme le Sénégal, les efforts à fournir peuvent être bien importants pour non seulement opérer les nécessaires ruptures par rapport aux postures et sens au fondement du modèle imposé par la puissance coloniale de l’époque, mais aussi par rapport aux valeurs et postures ennoblies par les instances et agents dominants du système socioéconomique de référence actuel. In fine, les voies et moyens d’une refondation réussie du système éducatif au Sénégal peuvent difficilement se lire, se comprendre, advenir en faisant fi d’une dynamique partenariale, mobilisant des acteurs fortement et durablement engagés, car connaissant et reconnaissant leurs rôles et responsabilités dans la définition et la mise en œuvre d’objectifs clairement définis et largement partagés .
Telle est la problématique qu’investit le texte de Mamadou Mbodji pour qui, les principaux problèmes actuels du SEF sénégalais tiendraient très largement des conditions d’élaboration et de mise en œuvre du Programme de Développement de l’Éducation et de la Formation (PDEF). A ce propos, il soutient que les contreperformances de la politique de l’éducation sont les signes et repères de «l’échec de la visée d’une gouvernance partenariale ». Si les enseignants du moyen et du secondaire en particulier font montre d’une relative défiance vis-à-vis de l’autorité et ne s’engagent pas suffisamment pour l’atteinte des objectifs retenus par le PDEF, c’est plutôt, par méconnaissance, du fait de leur ‘mise à l’écart’ de ce programme structurant.
Pour mener à terme sa réflexion sur les facteurs facilitant ou restreignant l’engagement des professeurs du moyen secondaire, Mbodji postule qu’une gouvernance partenariale réussie revient à une forte mobilisation de tous les acteurs pertinents et facilite ainsi l’atteinte des objectifs retenus. Et l’engagement attendu desdits acteurs reste largement déterminé par leur niveau de responsabilisation.
Entre autres éléments de démonstration ou de dévoilement de processus de distanciation, l’auteur ne pouvait ne pas analyser « le processus de production de ce qui a tenu lieu de cadre d’opérationnalisation de la politique éducative » afin de mettre en exergue les différents enjeux, les stratégies explicites ou implicites adoptées par les acteurs et actrices clés, leurs postures compte tenu de leurs parcours et situations socioprofessionnels. Comme dirait Pierre Bourdieu, il y a comme un dévoilement sibyllin des médiations de positionnement, de tentatives de renversement ou de conservation des rapports de force dans l’espace de l’élaboration et de la mise en œuvre du PDEF. Ce qui permet, autorise à poser ou plutôt à indiquer quelques éléments constitutifs d’une «Economie» ou « Ethique » de l’Engagement : conditions préalables – formes – avantages comparatifs – etc.
En cela le texte de Mbodji, par delà l’exemple du PDEF et des professeurs du moyen-secondaire, permet de disposer d’éléments pertinents pour analyser le dysfonctionnement d’une organisation, d’un système en général. En d’autres termes, il autorise l’ouverture d’autres pistes de réflexion et de systématisation, l’exploration d’espaces et/ou de thèmes, de questionnements comme la ‘géopolitique du SEF sénégalais’, la «réflexivité» des analystes participant(e)s.
Entendue comme processus de co-production et de co-régulation de l’éducation en tant que bien public, la géopolitique du SEF au Sénégal permet de rendre visibles des rapports de pouvoir, des rapports de dépendance, les non-dits d’une lutte d’intérêts au sens wébérien . Ceci, grâce notamment à un décryptage du processus de production et de circulation de savoirs, de sens, de postures , du «langage autorisé» au sein de la «Policy Net work» pour la production d’une politique éducative au Sénégal.
L’auteur pouvait-il facilement échapper à l’emprise ou aux effets de son triple statut (enseignant – responsable syndical – chercheur) ? Difficilement, car le texte révèle quelquefois une posture normative du «militant de l’école» au détriment de la «neutralité» exigée du scientifique. Mais en même temps, ce que d’aucuns peuvent considérer comme un biais de l’observation participante renseigne bien sur la «réflexivité» comme outil de compréhension, d’intelligibilité des «mécanismes sociaux qui orientent la pratique scientifique » .
Au total, l’exercice proposé par Mamadou Mbodji ne consiste pas simplement à «lire» le PDEF à l’aune de l’engagement ou non qu’il suscite chez les professeurs du moyen secondaire. Il s’est agi d’un travail de déconstruction dérridienne sur la construction de la politique d’éducation au Sénégal, qui comme tentative critique, devrait nécessairement subir le même traitement. Ainsi le travail de rectification, de rupture resterait «continué» comme dirait Louis Althusser.

Boubacar Niane

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *