Acteurs transnationaux et enseignement arabo-islamique au Sénégal

Boubacar Niane & Sophie Lewandowski, Acteurs transnationaux dans les politiques publiques d’éducation Exemple de l’enseignement arabo-islamique au Sénégal, in Diop, Momar Coumba (dir.), Sénégal (2000-2012). Les institutions et politiques publiques à l’épreuve d’une gouvernance libérale, Paris, Karthala, 2013, pp. 503-539

 

En matière d’éducation, la première décennie des années 2000 a été marquée au Sénégal par la mise en œuvre – sous l’égide d’un gouvernement d’obédience libérale (PDS) – d’un Plan national ambitieux couvrant tous les secteurs éducatifs du préscolaire au supérieur (PDEF). Ce plan répond en partie au paradigme libéral adopté par certains de ses bailleurs : d’une part, l’éducation est essentiellement perçue comme un moyen de lutter contre la pauvreté pour assurer la croissance ; d’autre part, l’Etat doit ajuster son intervention éducative au profit d’un triptyque partenarial entre Etat, bailleurs de fonds et « société civile ». Le chapitre interroge la manière dont ce triptyque partenarial s’est réellement mis en place au cours de la décennie. Le gouvernement a tenu à garder une place prépondérante dans la réalisation du Plan tant d’un point de vue financier, que d’un point de vue symbolique et médiatique (déclaration des 40 % du budget national alloué au secteur éducatif). Mais en termes d’orientation politique, son positionnement semble avoir été moins hégémonique que les chiffres de réalisation ne le laissent paraitre à première vue. Ceci est particulièrement visible dans le développement de l’enseignement arabo-musulman (insertion de l’éducation religieuse dans les écoles publiques, développement des écoles franco-arabe et projet de « modernisation » des daara). Pour cette option politique, l’Etat a du répondre à la demande de certaines familles, mais aussi aux injonctions de confréries, ainsi qu’à la volonté des bailleurs de fonds d’augmenter rapidement les taux de scolarisation. Les instances officielles de l’Etat ont eu ici tendance, non pas à impulser une orientation politique, mais plutôt à entériner des propositions émanant de certains agents de ses services et d’autres acteurs supra et infranationaux.

Le chapitre se fonde sur une analyse d’archives et d’entretiens qualitatifs avec des décideurs (agents du ministère, bailleurs de fonds, responsables religieux, cadres d’ONG), ainsi qu’avec des directeurs d’école, des enseignants et des parents d’élèves (écoles publiques, écoles privées franco-arabes et daara). Il questionne le degré d’imposition explicite ou implicite de la définition des politiques « publiques » par des acteurs transnationaux en confrontation ou en connivence.

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. DIOP Alassane dit :

    Bjr.

    Une problématique actuelle est pertinente ne serait-ce que par les enjeux. Ce qu’il y a à noter dans cette réflexion, c est que les acteurs ont semblé s accorder sur la la plausibilite de leur action ignorant du coup les manques à gagner dans les stratégies et les résultats. C est comme si ils ont voulu mettre la charrue avant les bœufs. Et e suis en parfait accord avec vous. Autrement dit, l institution, le litique et le pédagogique se sont confondus et n ont pas joué pleinement leur rôle chacun en ce qui le concerne. Une sorte de connivence tacite les a broyés et finalement le pilotage n a été que trop contrôlé pour ne pas dire orienté. En conséquence, levitable n a pu être évité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *